Catégories
France Politique

Un savoir-faire spatial sur le point de s’envoler outre-Rhin

Source : RT France

L’Allemagne a obtenu une réorganisation industrielle d’ArianeGroup qui s’apprête à délocaliser en Bavière une partie de son activité stratégique de Normandie. L’entreprise a par ailleurs annoncé des suppressions de postes dans les deux pays. Invoquant la nécessité de respecter un récent accord franco-allemand sur le financement de son dernier modèle de lanceur spatial, la direction d’ArianeGroup a confirmé le 23 septembre à ses partenaires sociaux son intention de délocaliser outre-Rhin la production du moteur Vinci, qui doit équiper l’étage supérieur de la fusée Ariane 6. En outre, insistant sur le besoin d’accroître la compétitivité de l’entreprise, la direction a également expliqué aux syndicats qu’elle entendait supprimer 600 postes au sein du groupe, dans le cadre d’un plan de départs volontaires qui pourrait être enclenché dès le début du mois d’octobre.

Après une année de tractations entre Paris et Berlin pour s’entendre sur la façon de préserver l’avenir d’Ariane 6, tout en ouvrant le marché des petits lanceurs à la concurrence, un accord bilatéral a été signé le 21 juillet. Dans le cadre de celui-ci, Berlin a obtenu, en contrepartie de financements concédés pour le développement du lanceur spatial (dont la mise en service accuse un sérieux retard), une réorganisation industrielle d’ArianeGroup, permettant à l’Allemagne d’acquérir de nouvelles technologies jusqu’alors développées par la France. Conformément à cette réorganisation, la direction de l’entreprise a en effet officiellement dévoilé ce 23 septembre aux syndicats son projet de délocaliser en Bavière la production de Vinci, un moteur-fusée à propulsion liquide d’environ 18 tonnes de poussée, dont la conduite des travaux se déroule jusqu’à présent sur le site de Vernon, dans l’Eure.

«La France a plié face à l’Allemagne, le site de Vernon qui développe actuellement le moteur Vinci est le numéro un européen en matière de propulsion liquide avec de l’hydrogène. On développe une technologie depuis plus de 50 ans, à l’aide de fonds publics, et l’Allemagne la récupère pour des raisons géopolitiques», résume pour RT France Pierre Giacomini, délégué syndical CGT, troisième organisation représentative dans l’entreprise. «On coupe la branche sur laquelle on est assis. La France, seul pays d’Europe à être capable de construire un lanceur en entier, perd un pilier de son industrie», estime encore ce technicien de fabrication qui s’inquiète pour le futur de la filière spatiale française enracinée depuis plusieurs décennies sur le territoire. «Ce processus durera plusieurs années et s’accompagne d’une enveloppe supplémentaire du gouvernement français de 40 millions d’euros pour Vernon afin de sécuriser les compétences, les moyens de production et la poursuite d’essais», a de son côté assuré devant quelque 170 hauts responsables de l’entreprise le PDG d’ArianeGroup, André-Hubert Roussel, cité le 22 septembre par le magazine Challenges.

🔗 Lire l’article complet

Source image : AP