Catégories
Nature & Climat

Recyclage du plastique, un mythe ?

Source : Atlantico

Pour que le recyclage soit efficace chaque produit devrait être étudié depuis sa création jusqu’à son abandon comme déchet avec le souci de son recyclage.

Atlantico : Une enquête de l’agence de presse Reuters sur « le mythe du recyclage » détaille les échecs de la société de recyclage de plastique Renewlogy. Quelle était la promesse faite aux citoyens américains et quels obstacles a-t-elle rencontré ? 

Dominique Audrerie : Sur le fond, la question est simple: que faire face aux déchets? La réponse toujours répétée des producteurs, et cela sur toute la chaîne de production, est: « nous nous en occupons, il n’y a rien à voir, poursuivons notre consommation irresponsable, enfin … avec un petit effort » ! A revenir à la source, on a su ces dernières années culpabiliser le consommateur: il consomme trop sans souci des déchets qu’il produit. Le producteur lui ne ferait que répondre aux besoins, ce qui est pour le moins fallacieux, car on peut produire de manière différente en prenant en compte toute la filère depuis la production jusqu’au traitement in fine. L’échec constaté tient à ce que rien n’a véritablement été fait en amont pour contrôler les produits rendus et leur capacité à être réutilisés ou transformés. Ainsi parler d’échec de telle ou telle société est une mauvaise  analyse: quelle est la nature des produits traités? Quel coût « accepté »? Quelle filière de réutilisation? Le regard posé en l’espèce est celui du « commerçant » qui compte ses bénéfices. Il est nécessaire d’adopter une toute autre optique vis à vis des déchets.

Dans quelle mesure le recyclage du plastique est-il instrumentalisé par les industriels du pétrole ? Le recyclage est instrumentalisé à deux niveaux par les industriels/commerçants: d’une part ils ont le souci  de produire toujours plus, telle est leur priorité et non le recyclage, en d’autres termes prendre en compte les conséquences à tous les niveaux de leur production; d’autre part, il faut le redire et insister, on en vient à culpabiliser  le consommateur, qui consommerait trop et des biens polluants! Cette inversion est grave, car elle revient à faire du producteur une sorte de victime de la « société de consommation ». Rien de plus inacceptable.


Peut-on dire que les consommateurs, invités à respecter scrupuleusement le tri des déchets, sont dupés ? Doit-on pour autant cesser de recycler nos déchets plastiques ?
 La conséquence est en effet que le consommateur finit par avoir mauvaise conscience, devenant, par de savants  discours, la cause principale d’une situation qu’il ne maitrise en rien et qui lui échappe. Ce n’est pas lui qui définit la  composition des produits fabriqués, leur quantum et leur usage, et à terme leur traitement lorsqu’ils deviennent des déchets. Certes il ne faut pas renoncer au tri des déchets. 

🔗 Lire l’article entier

Source photo : Pexels