Source : Boulevard Voltaire

Dans le projet de loi initial, avant que la commission mixte paritaire ne révise le texte sur l’extension du passe sanitaire, un employeur pouvait lancer une procédure de licenciement au bout de deux mois envers un salarié non vacciné. « Il était pourtant érigé en principe d’ordre public par l’article L.1132-1 du Code du travail l’interdiction de discriminer, sanctionner ou licencier un salarié en raison notamment de ses opinions politiques, de ses convictions religieuses ou de son état de santé, qui pourraient pour chacune d’entre elles constituer le fondement du refus d’un salarié d’être vacciné, ou plus simplement encore de justifier de son statut vaccinal », écrivait maître Benoit Sévillia dans une tribune du FigaroVox. L’avocat spécialiste du droit du travail ajoutait : « Rappelons que le “guide employeur” sur la Covid-19 publié le 30 juin dernier par la direction générale du travail spécifiait d’ailleurs que l’employeur ne pouvait en aucun cas imposer à son salarié de le tenir informé de sa situation par rapport à la vaccination. »

Licencier un salarié ne présentant pas de passe sanitaire allant donc à l’encontre du respect de la vie privée et faisant voler en éclats le principe fondamental du droit du travail, la commission mixte paritaire est finalement revenue sur ce texte. Le salarié n’est plus licencié (avec la possibilité de droits au chômage) mais voit finalement son contrat et son salaire suspendus. Une suspension pouvant durer jusqu’au 15 novembre, date à laquelle le passe sanitaire pourra être abrogé ou prolongé. Une suspension qui risque d’inciter fortement le salarié privé de rémunération à démissionner.

« C’est le vide juridique, un no man’s land sans protection économique pour le salarié et sans protection juridique pour les entreprises », déplore François Asselin, président de la Confédération des petites et moyennes entreprises (CPME), dans Le HuffPost. La commission mixte paritaire, en supprimant l’absence de passe sanitaire comme motif de licenciement, ne permet pas à un employeur de remplacer facilement son salarié. « Un restaurateur qui perd son chef de salle sans savoir quand il reviendra va se retrouver dans une situation impossible pour le remplacer », ajoute-t-il.

🔗 Lire l’article complet

Source image : Pexels