Source : Overclocking

Alors qu’Intel présentait ses résultats financiers, l’entreprise a profité de cette prise de parole pour lancer un avertissement sur une pénurie à venir au cours du troisième trimestre de cette année (T3 2021). Les termes utilisés par Intel sont forts puisque les bleus parlent d’une pénurie sans précédent qui va toucher les processeurs destinés au grand public. Mais cette fois, c’est la pénurie de substrat qui est la cause et non les capacités de production.

En effet, la raison principale de cette nouvelle douche froide repose entièrement sur les tensions affectant la disponibilité de substrats. Une situation qui impacte l’ensemble de l’industrie des semi-conducteurs.

Le substrat, c’est quoi et pourquoi ça coince ?

Si quand on évoque le substrat, vous ne voyez pas de quoi on parle, c’est relativement simple en fait. Le substrat sur un CPU est la partie verte qui joue un rôle d’interface électrique et mécanique entre le processeur et le reste des composants. Cette partie relativement simple techniquement n’est pas fabriqué par les fondeurs qui s’occupent juste du die. Cependant, il intervient dans l’étape “finale” de la production d’une puce et évidemment il est impossible de faire sans. Intel ne semble lui pas avoir de souci pour produire ses die mais manque de substrats.

Dans ces conditions, tout laisse à penser que sur le troisième trimestre Intel ait préféré orienter la majeure partie de sa production vers ses processeurs Xeon. Les CPU de la famille Xeon génèrent évidemment un plus gros chiffre et une meilleure marge. Cependant, on estime que pour un Xeon fabriqué, cela signifie que trois ou quatre processeurs grand public ne sont pas fabriqués. Dans la situation actuelle, Intel place en priorité son offre CPU pour les serveurs, puis les CPU dédiés à la mobilité et enfin les CPU “desktop”.

🔗 Lire l’article complet

Source image : Pexels