Source : France 24

Les Haïtiens rendaient, vendredi, un dernier hommage à leur président assassiné Jovenel Moïse, lors de funérailles nationales placées sous haute sécurité. Les obsèques ont eu lieu dans la ville de Cap-Haïtien, en présence de la veuve du chef d’État mais aussi de plusieurs délégations étrangères et de membres du gouvernement. 

Dans ce pays rongé par les violences et la pauvreté, les obsèques du président Jovenel Moïse, 15 jours après son assassinat, étaient placées sous haute sécurité. Ses funérailles ont débuté, vendredi 23 juillet, dans un contexte marqué par une forte incertitude, sa mort faisant resurgir des tensions historiques au sein de la population.

Abattu à l’âge de 53 ans par un commando armé, le chef de l’État a été enterré en petit comité dans l’intimité des jardins de la résidence familiale. La cérémonie solennelle s’est déroulée à Cap-Haïtien, la métropole septentrionale d’Haïti, d’où était originaire Jovenel Moïse. 

Son cercueil, recouvert du drapeau national et de l’écharpe présidentielle, était exposé sur une esplanade, ornée de fleurs. La dépouille était gardée par des soldats des Forces armées d’Haïti.

La veuve du président, gravement blessée dans l’attaque, était présente à Cap-Haïtien, le bras en écharpe après avoir été soignée dans un hôpital de Floride. Le visage barré d’un masque portant une photo de son mari, elle s’est inclinée devant son cercueil. Des représentants de délégations étrangères, du corps diplomatique et les membres du gouvernement se succédaient pour lui présenter leurs condoléances.

Le président américain, Joe Biden, a de son côté annoncé, vendredi, l’envoi en Haïti d’une délégation menée par Linda Thomas-Greenfield, l’ambassadrice des États-Unis à l’ONU. Mais cette délégation et plusieurs autres dignitaires présents aux obsèques ont été précipitamment reconduits dans leurs véhicules à l’annonce de heurts entre police et manifestants à proximité de Cap-Haïtien, précise l’agence de presse Reuters.

« La délégation présidentielle est en sécurité et au complet après les tirs rapportés lors des funérailles. Ils sont sur leur chemin de retour aux États-Unis », a déclaré Jen Psaki, la porte-parole de la Maison Blanche.

Aucune victime parmi les manifestants ou les responsables présents aux obsèques n’a été signalée et rien n’indique que des invités aient été en danger, ajoute Reuters. 

Hommages, hymnes et cérémonie religieuse

Un bataillon a rendu les honneurs militaires au chef de l’État, avec notamment l’hymne présidentiel, suivi de l’hymne national. La cérémonie religieuse était dirigée par cinq prêtres.

La veuve du président a rendu un hommage appuyé à son mari, à la fructueuse carrière d’entrepreneur avant son entrée en politique, et a déploré sa fin tragique, « sauvagement assassiné », « abandonné et trahi ». « Quel crime as-tu commis pour mériter un tel châtiment ? », a demandé l’épouse en deuil, coiffée d’un chapeau noir.

🔗 Lire l’article complet

Source image : Pexels