Source : Valeurs Actuelles

Une enquête du média en ligne Streetpress révèle qu’Azzedine Jamal, faux avocat, et son compagnon Gilles Wullus, rédacteur en chef de la revue de gauche Politis, auraient monté un vaste réseau d’arnaques visant principalement des clandestins en quête de papiers.

La personnalité d’Azzedine Jamal, au cœur de ce dossier, est atypique. L’homme, âgé de 37 ans, a eu plusieurs vies. Streetpress, qui publie ce lundi 19 juillet une longue enquête sur le personnage, évoque des activités de « producteur, trader, manager de personnalités ». Et, last but not least, de faux avocat. Depuis 2019, Azzedine Jamal est effectivement à la tête d’un nébuleux cabinet juridique, « J&N ». Depuis les bureaux de son cabinet, en Seine-Saint-Denis, ou depuis son propre domicile, le presque quadragénaire multiplie les rendez-vous : ses clients privilégiés ? Des travailleurs sans papiers, exerçant en France une activité professionnelle depuis plusieurs années, et désireux d’obtenir des papiers français. Une prestation qu’Azzedine Jamal assure à ses clients pouvoir fournir en quelques mois… contre une jolie somme. Selon plusieurs contrats consultés par Streetpress, le faux avocat demanderait à ses clients entre 5 et 8 000 euros. Un tarif très largement supérieur à celui des avocats assurant généralement ce genre de prestations, autour de 1 500 euros. Ce prix prohibitif, l’escroc présumé le justifie en mettant en avant des procédures accélérées. « Il m’a dit qu’en six mois maximums, c’était bon, j’aurais un titre de séjour », confie un jeune cuistot arnaqué par Azzedine Jamal. La réalité est en effet tout autre : le faux avocat ne fait que transférer aux préfectures des dossiers incomplets, peu ou pas travaillés, qui restent constamment en attente – quand il ne les envoie tout simplement pas. Au cours de son enquête, Streetpress aurait « identifié 79 victimes de ses magouilles, dont 55 personnes sans-papiers ».

🔗 Lire l’article complet

Source image : Twitter