Catégories
Politique

L’Autriche interdit les Frères musulmans

Source : Dreuz

L’Autriche est devenue le premier pays de l’Union européenne à interdire l’organisation islamiste des Frères musulmans dans le cadre d’une nouvelle loi antiterroriste.

La nouvelle loi interdit les Frères musulmans, fondés en Égypte où ils sont classés organisation terroriste, en les ajoutant à une liste d’organisations liées à des « crimes à motivation religieuse ». La diffusion de la littérature des Frères musulmans ou ses slogans sont désormais punis pénalement. La loi permet également au gouvernement de placer des bracelets électroniques pour surveiller les mouvements des terroristes condamnés.

Cela fait plus de 10 ans que Dreuz.info publie des articles et informe sur la dangerosité de l’organisation des Frères musulmans. Et lorsque je dis informer, il n’y a pas plus basique : nous avons publié leur littérature, il suffit de la lire, elle est explicité, mais c’est bien trop compliqué pour les incapables dirigeants français qui leur ouvrent grand les portes de la légitimité.

L’interdiction fait partie d’un ensemble de mesures antiterroristes adoptées par le parlement autrichien et créées en réponse à l’attentat terroriste de Vienne du 2 novembre, au cours duquel un radical islamique a tué quatre personnes et en a blessé 23 autres.

Une suite de mesures pénales renforcées à la mesure du danger

Les crimes « à motivation religieuse » constituent désormais une infraction pénale distincte, en Autriche. Huit mois après l’attentat islamiste de Vienne, l’Autriche a ainsi renforcé ses lois antiterroristes.

À l’avenir, il y aura une infraction distincte pour les crimes « à motivation religieuse ». Le Conseil national a adopté le paquet législatif à Vienne mercredi dernier.

  • Entre autres, la nouvelle réglementation permet aux autorités d’ordonner le port d’un bracelet électronique à la cheville pour les délinquants en liberté conditionnelle condamnés sur la base de terrorisme.
  • D’une manière générale, la surveillance des délinquants terroristes pendant l’exécution et après la libération conditionnelle est renforcée.
  • Les terroristes peuvent désormais être contraints de prendre leurs distances avec l’environnement social qui a contribué à leur radicalisation, comme les mouvements salafistes radicaux et les institutions religieuses.
  • À l’avenir, les personnes condamnées en vertu de l’un des paragraphes du code pénal relatifs à la terreur se verront également retirer leur citoyenneté si elles ont une double nationalité.
  • En outre, ils peuvent perdre leur permis de conduire.

🔗 Lire l’article complet

Source image : Pexels