Catégories
Démocratie & Libertés

“Arrêtez de vous concentrer sur les infections et modérez la panique”

Source : 7 sur 7

“Arrêtez de vous concentrer sur les infections et modérez la panique.” Ce message de Jeroen van der Hilst, infectiologue à l’hôpital Jessa d’Hasselt, reçoit un grand soutien sur les réseaux sociaux. Le médecin, né aux Pays-Bas, mais travaillant dans notre pays depuis dix ans, pense que nous devons traiter le virus différemment. “Non, il n’y aura plus de tsunami”.

Selon lui, il n’est actuellement plus pertinent de s’inquiéter du nombre de contaminations: “la situation n’est plus comparable à celle de l’année dernière. À l’époque, les infections croissantes étaient le signe avant-coureur de l’encombrement des hôpitaux. Maintenant, nous sommes dans une situation différente. Les personnes que nous avons accueillies dans les hôpitaux l’année dernière étaient principalement des personnes de plus de cinquante ans ou des personnes souffrant de troubles sous-jacents. Ces groupes à haut risque ont aujourd’hui été presque tous entièrement vaccinés. Cela signifie que nous avons moins à craindre. Cependant, nous nous sommes tellement habitués à l’idée que l’augmentation des infections causera de graves problèmes dans les hôpitaux que nous paniquons. Je veux tempérer cela. Nous devons essayer d’évaluer la situation avec sobriété.”

L’infectiologue de continuer sur Het Laatste Nieuws: “Malgré tout, la protection des personnes entièrement vaccinées n’est pas de cent pour cent et, de plus, toutes les personnes à risque ne veulent pas être vaccinées. Néanmoins, nous ne verrons pas ce que nous avons vu lors des première et deuxième vagues. Il n’y aura pas d’autre tsunami. En tout cas, cela me semble très improbable. Cependant, comme nous exprimons les augmentations des admissions en pourcentage, les choses sembleront aller vite. Si, par exemple, nous constatons une augmentation de cent pour cent des enregistrements la semaine prochaine, cela semblera spectaculaire, mais ce ne sera toujours qu’une fraction du chiffre que ce nous avions il y a quelques mois. Il faudra donc avoir le courage de relativiser ces admissions supplémentaires.”

Pour appuyer ses propos, Jeroen van der Hilst donne l’exemple de l’Angleterre: “En Angleterre la courbe du nombre d’infections ne suit plus celle des admissions. Au plus fort de la deuxième vague, on comptait 55.000 infections par jour et 3.800 admissions par jour. Aujourd’hui, ils sont à 33.000 infections par jour et seulement 400 admissions. Les proportions entre les deux courbes sont donc complètement différentes. Et c’est une excellente nouvelle : les vaccins fonctionnent très bien.”

🔗 Lire l’article complet

Source image : Pexels