Catégories
Société

La chute du niveau scolaire

Nous vous partageons nos inquiétudes en ce qui concerne les capacités cognitives et le niveau de connaissance des populations européennes. Veillez à lutter contre cette pente !

Le ministre de l’éducation nationale français, Jean-Michel Blanquer, a récemment annoncé la fin des épreuves communes au baccalauréat. Il s’agit d’une disparition pure et simple du bac, qui se transforme en contrôle continu. Nombreux sont ceux qui y voient une nouvelle atteinte à la qualité de l’éducation en France, dans un contexte qui semble catastrophique en ce qui concerne le niveau d’instruction de la population. L’Association des Professeurs d’Histoire-Géo parle notamment « des derniers clous sur le cercueil du bac ».

Plus globalement, nous constatons de nombreux phénomènes inquiétants en ce qui concerne à la fois le niveau d’instruction des jeunes en Europe et leurs capacités cognitives (percevoir, se concentrer, acquérir des connaissances, raisonner, s’adapter et interagir avec les autres).

Concernant le niveau d’instruction des jeunes, le classement PISA est alarmant pour les pays européens, quoique sa méthode de mesure soit parfois critiquée par ceux qui défendent le statu quo de l’instruction. En 2019, la France est classée 23e sur 79 pays évalués, une place comparable au précédent classement datant de 2016. La Belgique était, quant à elle, 22e sur 73.

La pente qui est prise par les pays européens n’est en effet pas rassurante, car ceux-ci voient le niveau des élèves constamment régresser par rapport aux autres pays. À tel point que Libération titrait en 2019 « niveau en maths et en sciences : le niveau s’effondre ».

Les déficiences cognitives présentent également une menace à considérer. Le QI moyen de la population semble baisser en raison de plusieurs facteurs. Les faits ne sont guère discutables. Le néo-zélandais James Flynn a mis en évidence un accroissement, au XXème siècle, des scores aux tests de QI (quotient intellectuel) aux USA, puis dans 14 pays développés. On constaterait, dans les pays occidentaux, une élévation de 3 à 7 points par décennie. Mais une nouvelle étude réalisée en 2016 par Richard Lynn et Edward Dutton est venue montrer que, depuis 1995, dans un certain nombre de pays, le QI avait tendance à régresser. Ainsi le QI moyen des Français aurait baissé de 4 points entre 1999 et 2009.

Nous constatons également une explosion des cas de troubles de l’attention. Les personnes atteintes d’un trouble de déficit de l’attention avec ou sans hyperactivité (TDAH) ont des difficultés à se concentrer, à être attentives et à mener à terme des tâches le moindrement complexes. Elles ont souvent du mal à rester en place, à attendre leur tour et agissent fréquemment de façon impulsive. Nombreux sont ceux qui pointent les innombrables stimuli auxquels sont confrontés les enfants (télévisions, tablettes, publicité, etc.) pour expliquer la cause de ce phénomène.

Le problème du niveau d’instruction et des capacités cognitives de la population nous semble pris beaucoup trop à la légère. En effet, il s’agit de l’avenir de la société toute entière qui est en jeu. Un population abrutie est moins productive, plus violente et beaucoup plus manipulable qu’une population éduquée. La démocratie – le pouvoir sur le peuple par le peuple et pour le peuple – nous semble indissociable d’un niveau d’instruction élevé, ce que nos sociétés peinent à offrir.

À titre individuel, nous ne pouvons que vous recommander de vous renseigner sur le sujet. Voyez quels facteurs érodent l’intelligence et l’instruction, limitez-les et prenez en main votre propre éducation en étant exigeants avec vous-mêmes et avec vos enfants.