Source : Polemon & Les Crises

Le Gouvernement des États-unis a finalement répondu à la demande d’Andrés Manuel López Obrador (AMLO) de suspendre le financement des organisations non-gouvernamentales au Mexique, telle les Mexicains contre la corruption et l’impunité (MCCI) dirigée par l’homme d’affaire Claudio X. Gonzáles et par María Amparo Casar.

Et sa réponse a été qu’il va soutenir encore le financement économique des organisations non gouvernementales et les équipes de journalistes d’investigation dans le monde entier dans le but de dénoncer et de lutter contre la corruption dans les gouvernements, ainsi que de promouvoir « la bonne gouvernance ».

La déclaration a été publiée par deux représentants du Conseil national de sécurité de la Maison Blanche, qui ont fourni des détails sur la directive et le mémorandum du gouvernement du Président Joe Biden.

D’après les premiers rapports de la vidéoconférence tenue par l’équipe du Conseil national de sécurité, la vice-présidente Kamala Harris sera celle qui poussera plus loin cette mesure anti-corruption lors de ses prochaines visites au Mexique et au Guatemala.

« Nous le verrons dans cet hémisphère (occidental), combattre la corruption constitue une partie essentielle du programme de la vice-présidente Kamala Harris qui va faire son premier voyage international (au Mexique et au Guatemala) la semaine prochaine » ont souligné les représentants.La journaliste Dolia Estévez a rendu publique une partie du document de la ligne directrice.//TWEETRéaffirme @POTUS est une stratégie de lutte contre la corruption et de promotion d’une bonne gouvernance, par le soutien et le renforcement de la capacité de la société civile, des médias et d’autres intervenants de contrôle et de contrepartie. La ligne directrice s’applique dans le monde entier.Dans les images exposées par la journaliste, on peut lire que cette ligne directive vise à renforcer la faculté des institution nationales et internationales à établir des normes mondiales contre la corruption et pour la promotion de la transparence financière.

« La consolidation des cadres des institutions financières afin de prévenir la corruption dans les projets de financement de développement, et dans la lutter contre le blanchiment de capitaux, le financement illicite et la corruption », précise également le point « d » du mémorandum.De plus, la mesure vise à soutenir et à renfoncer la capacité de la société civile, des médias et autres agents de responsabilisation à effectuer des recherches et des analyses sur les tendances en matière de corruption ; et sur cette base, à promouvoir des mesures préventives, exiger justice et réclamer des comptes aux gouvernements.Dans le dernier point relevé à travers l’image diffusée par la journaliste Estévez, le Gouvernement des États-Unis recherche la collaboration de « partenaires internationaux pour contrecarrer les stratégies de corruption de dirigeants étrangers, d’entreprises d’État étrangères ou affiliées, d’organisations criminelles, d’intervenants transnationaux et étrangers et leurs collaborateurs nationaux, en comblant notamment les failles que ces intervenants exploitent pour entraver les processus démocratiques ».

🔗 Lire l’article complet

Source image : Pexels