Source : La Libre

Apparu en fin d’année 2020 au Pérou, le variant Lambda a été détecté pour la première fois en Belgique. Que sait-on vraiment de cette nouvelle variante, alors que la mutation Delta émerge chez nous ?

Pendant que de nombreux pays européens doivent faire face à une remontée des infections, notamment à cause de l’émergence du variant Delta, un autre variant est en train de gagner du terrain en Amérique du Sud. Selon l’OMS, le variant Lambda serait désormais responsable de plus de 80% des nouvelles infections au Pérou. S’il s’est aussi propagé au Brésil, en Uruguay ou en Bolivie, près de 32 pays européens, dont la Belgique, ont également recensé au moins une infection. Chez nous, un cas aurait été détecté, d’après Het Nieuwsblad.

De là à représenter un nouveau danger ? Pas si vite. Pour le moment, l’OMS a classé ce variant comme un variant « à suivre » , au même titre que la variant Epsilon, apparu pour sa part en Californie. Lambda n’appartient donc pas (encore?) aux variants dit « préoccupants », que sont déjà Alpha (ex-britannique), Bêta (ex-sud-africain), Gamma (ex-brésilien) et Delta (ex-indien).

Pour l’instant, les chercheurs sont d’ailleurs encore partagés sur sa véritable contagiosité et sur sa résistance aux vaccins. D’après les recherches menées par l’Université de Santiago au Chili, il semblerait toutefois qu’il parvienne à mieux neutraliser les anticorps, et donc les vaccins, comme l’explique Monica Acevedo de l’Université de Santiago, dont les propos sont relayés par La Dépêche. « Nos données montrent pour la première fois que les mutations présentes dans la protéine ‘spike’ du variant Lambda lui permettent de neutraliser des anticorps et ainsi d’augmenter sa capacité d’infection. »

🔗 Lire l’article complet

Source image : Pexels