Source : BX1

Des mesures seront adoptées dans les années à venir pour faciliter la transition, assure le gouvernement.

Le gouvernement bruxellois a élaboré un calendrier et une feuille de route pour baliser le parcours qui mènera à la suppression des véhicules à moteurs thermiques d’ici 2035. Le rythme de sortie ne sera pas le même pour tous les types de véhicules.

Ainsi, seules les voitures diesel/hybrides euro 6 pourront encore rouler en 2025. En 2028,  ne seront plus admis que les véhicules diesel/hybrides de la norme euro 6d.

Le délai est un peu plus long pour les véhicules essence/hybride/LPG/CNG: les Euro 3 seront encore autorisés jusqu’en 2027; les Euro 4 jusqu’en 2029 et les Euros 6 jusqu’en 2032.

Les scooters essence seront interdits dès 2025. Ce sera le cas pour les motos et quads en 2028.

L’évolution pour les camionnettes et minibus suivra également un schéma de limitation différencié.

Des mesures pour faciliter la transition

L’arrêté adopté jeudi en première lecture par le gouvernement bruxellois confirmant le bannissement des véhicules diesel à partir de 2030 et essence  à partir de 2035 comprend aussi feuille de route reprenant une série de mesures d’accompagnement ciblant plusieurs acteurs spécifiques comme les PMR, les petites entreprises et l’autopartage( soutien financier, information, sensibilisation, déploiement de bornes de recharge pour véhicules électriques).

De nombreuses mesures seront adoptées dans les années à venir pour faciliter la transition, après consultation des acteurs concernés.

Tout cela ira de pair, ont assuré vendredi les ministres bruxellois, avec un investissement massif dans les transports en commun entre autres pour créer de nouvelles lignes et en renforcer les fréquences; renforcer la prime LEZ offerte aux PME bruxelloises avec l’objectif de rendre l’achat d’un véhicule électrique équivalent à celui d’un véhicule essence; ou encore remodeler la prime Bruxell’Air pour aider les ménages à renoncer à la voiture.

“Tout à l’envers” pour l’opposition MR

Dans l’opposition, le MR n’a pas attendu cela pour reprocher jeudi à l’exécutif régional d’”une fois de plus tout à l’envers” en matière de mobilité.

🔗 Lire l’article entier